Pages

samedi 10 octobre 2009

Review Concert : Patrick Wolf + The Deer Tracks @ Nouveau Casino 09/10/09



Ça doit bien faire 2 bonnes années que j'entends parler de ce fameux Patrick Wolf, jeune prodige de la pop (plus très jeune maintenant).
J'avais l'opportunité de le voir à Rock en Seine 2009, le destin en a décidé autrement car d'autres prodiges passaient en même temps : The Prodigy...
C'est donc son second passage cette année dans la capitale (il me semble) pour promouvoir son 4ème album : The Bachelor Passage remarqué car c'était complet.
Patrick Wolf est vraiment un ovni, il est incomparable dans le style (vocalement unique, son style musical qui change sans arrêt et surtout ses tenues de scène dès plus weird), je me d'assister à un de ses concerts.







Première partie : The Deer Tracks (Sweden)


Sur le papier, tout était réuni pour que The Deer Tracks soit une bonne surprise : mis à part le nom du groupe douteux (La Traque des Cerfs = Chasseur de Cerfs ? de Deerhunter), des suédois et qui font de l'electro!
Vu que j'avais plus qu'adoré Casiokids la semaine dernière (voir ici), je me suis dit que ce serait génial de revivre un concert pareil.
Arrivé sur scène, un sosie androgyne de Brian Molko avec 2 musiciennes, brune et blonde jouent une musique étrange à vrai dire, je m'attendais pas du tout à cela.
C'était beaucoup plus calme et rien à voir avec de l'electro-pop... sauf que la prestation était plus que banal, dans le son que dans la voix dissonante de la chanteuse.
Hormis la dernière chanson que j'ai bien aimé avec, non pas du violoncelle mais du "violonscie" et des chœurs, j'ai trouvé le set bien fort ennuyeux !
Et oui, la Suède déçoit (parfois!)




Headliner : Patrick Wolf (UK, Auto-produit Bloody Chamber Music)



Aux alentours de 21h, les lumières s'éteignent pour accueillir le Playboy géant (par le talent mais surtout par la taille...1m90 au moins) Patrick Wolf. Je ne sais pas si c'est moi qu'est petit ou lui très grand mais quand il est passé à coté de moi, il était vraiment grand.

Patrick arrive sur scène pour jouer Who Will? et Bluebells, habillé assez classy et sobrement (pour le moment) accompagné par son groupe, un clavier, un batteur, un bassiste/contre-bassiste et une violoniste.
Le Nouveau Casino était un peu timide au début, les premiers morceaux étaient plus là pour admirer son talent de violoniste sur Damaris et Pigeon Song par exemple.
Car Patrick Wolf n'est pas qu'original dans le look osé, c'est un véritable multi-instrumentaliste de talent (Piano, guitare, violon, et d'autres instruments dont je ne connais pas le nom, il y a eu une cithare dulcimer aussi)
C'est en quelque sorte "Sufjan Stevens qui rencontre Andrew Bird version moderne avec un dégaine assez... gay", je ne connais pas sa vie privée mais je doute qu'il soit très straight, merci me préciser.
Vient ensuite The Bachelor, title track de son dernier album mais surtout Tristan, unique titre de son 2ème album : Wind in The Wires où il enfile sa Flying V (original quand même)

Le Nouveau Casino bouillie lentement jusqu'à que Patrick Wolf commence mettre la folie dans le public, un très grand Battle. Le premier morceau avec une basse de la soirée, et un groove qui pointe immédiatement le bout de son nez.
Patrick se donne vraiment à fond (vu sa sueur...) et s'éclate sur scène en blaguant énormément avec le public.




Patrick n'en pouvais plus de la chaleur et décide de partir se changer.
Il revient en look d'Habitant de la Grèce Antique pour le coolos The Stars.
Après le morceau suivant, il nous raconte qu'il adore Paris, son histoire qu'il lie avec notre chère capitale. C'est pourquoi il nous dédie Paris, un peu gâché par les basses du synthé très (extrêmement) forte.
Patrick continue dans son histoire personnelle, Charles Trenet était son chanteur favori et qu'il a vraiment chaud avant d'entamer The Sun is Often Out . Pat ramènera ensuite son dulcimer et son français pour jouer Theseus. ("This is a serious song, ok shut up!!")

Viendra un moment fort du concert, la présentation live d'un titre de son prochain album : Wild Life.
Et comment dire.. c'est une TUERIE. ("Ok it will be a single")
Ici pas de talent de multi-instrumentaliste mais un talent de compositeur, avec des beats disco 80s très efficaces qui vont droit au cœur et qui ont rendu le public chaud bouillant.




Après ça, Patrick a choisi la voie royale, Hard Times et The Magic Position, 2 de ses meilleurs tubes, j'en redemande encore !
Patrick quitte la salle après un ending épique sous les ovations du public.
"Au Revoir, merci et à Bientôt!" NON il va pas me faire le coup du non-rappel !!!
Patrick n'est pas de ce genre là heureusement et revient avec une tenue encore plus osée (de vautour ?) pour un titre très électro Vulture (et son intro Kriegspil)




Bilan : Une excellente soirée et surtout l'énorme impatience d'écouter The Conqueror figurera Wild Life, ce sera la suite de The Bachelor, à paraitre en 2010 (et je ne suis pas le seul je pense...! )

Setlist :

Who Will?
The Bluebell
Bluebells
Damaris
Pigeon Song
The Bachelor
Tristan
Battle
The Stars
Paris
The Sun Is Often Out
Theseus
Wild Life
Hard Times
The Magic Position

Kriegspiel
Vulture








Last.Fm
Photos
Les vidéos HD du show : ici

4 commentaires:

Pauline a dit…

Super article, merci je cherchais justement la setlist :)
A Rock En Seine, mon destin a moi c'était de voir Patrick Wolf, et merci le destin!
Il ne l'a pas jouée hier soir, mais il nous avait fait une version magistrale de The Libertine à cette occasion
http://www.youtube.com/watch?v=55kUqcrlj7w

Juliet a dit…

Merci pour ces vidéos Anthony, ça fait excessivement plaisir de pouvoir revivre un peu de ce fabuleux concert (et sache que je jalouse terriblement la semaine musicale que tu t'apprêtes à passer, mais OU trouve-tu les moyens de faire tant de concerts sans avoir à vivre sous un pont?)

Tony a dit…

je sais pas :D... j'ai un salaire d'apprenti et encore chez papa-maman, je peux me permettre quelques folies !

Yaah a dit…

Moi qui n'était pas allée à Rock en Seine, mon seul regret était qu'il n'ait pas joué "The Libertine" ce soir là! (mais bon, Tristan quoi)

Tu as raison l'ambiance a bien décollé à partir de Battle que je n'adorais pas spécialement sur l'album, mais en live, wow!
Je garde un très très bon souvenir de ce concert!

Quant à Wild Life, halala! Tellement improbable mais assez jubilatoire, j'ai hâte de pouvoir l'écouter en version studio!